Catégories
Actualités automobiles

Essai de la voiture électrique Citroën Ami

Essai de la voiture électrique Citroën Ami

Moins, c’est plus. C’est la Citroën Ami en bref. Ce quatre-roues entièrement électrique, avec ses 75 kilomètres d’autonomie, s’adresse à un groupe d’acheteurs jeunes et urbains qui veulent simplement se rendre du point A au point B. Nous l’avons testé et nous nous sommes demandé si le petit Ami est également adapté à une utilisation en flotte.

Comment entamer un essai d’une voiture réduite à l’essentiel ? Avec ce qui manque : la climatisation, les rétroviseurs intérieurs, la radio, la navigation, les vitres électriques, le coffre, les sièges chauffants. Cette liste serait encore plus longue. Voyons donc le prix : 6 000 euros. C’est le peu que coûte la Citroën Ami en France.

Et elle le sera en Allemagne, lorsqu’elle y arrivera à la fin du premier trimestre de l’année prochaine, comme les dirigeants de Citroën l’ont promis cette semaine lors d’un événement de conduite à Berlin. Lorsque PSA a lancé l’Ami en France, ils ont également promis l’entrée sur le marché de l’Europe du Sud vers 2021.

Mais revenons à Berlin. La petite somme d’euros vous permet d’acheter une petite voiture spartiate composée de 250 pièces individuelles, qu’une petite batterie de 5,5 kWh devrait pouvoir transporter sur une distance pouvant aller jusqu’à 75 kilomètres. (Notre écran en indiquait 65 à pleine charge.) Avec 471 kilos, l’Ami est un vrai poids plume, mais ne prend que deux personnes. Le moteur de 48 volts délivre 6 kW sur l’essieu avant. Avec la batterie située à l’arrière, le poids semble bien réparti. Grâce à une vitesse maximale de 45 km/h, même les titulaires d’un permis de conduire de classe AM (mot-clé : permis de conduire pour cyclomoteur) sont autorisés à conduire le petit véhicule électrique dès l’âge de 16 ans. Jusqu’à présent, si peu.

C’est clair : Vous ne conduirez pas la Citroën Ami pour aller en vacances ou pour voir votre belle-mère. Même un voyage au-delà des frontières de votre ville nécessite une planification. Mais c’est précisément l’idée : De toute façon, beaucoup de gens ne parcourent que de courtes distances en voiture pour aller travailler ou faire des courses. Et ils peuvent avoir deux voitures à la maison. L’un d’eux pourrait être ce petit Ami à l’avenir.

En même temps, la petite voiture électrique pourrait aussi être intéressante pour une ou deux applications de parc automobile. Malheureusement, le personnel de Citroën sur place n’a pas fait savoir si le secteur des flottes joue déjà un rôle dans les ventes en France. Mais comme on le sait, PSA utilise le véhicule électrique dans son service d’autopartage Free2move. Il ne pourrait pas avoir plus de flotte…

Notre essai à travers Berlin nous a également donné les idées suivantes : Les services de soins infirmiers, qui opèrent dans des quartiers définis, pourraient voir le véhicule comme une solution entre un vélo (réellement recommandable) et des voitures plus grandes (place de parking difficile à trouver). L’Ami conviendrait également aux services de livraison qui ne sont pas sur la route 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ou qui peuvent facturer pendant les pauses. Dans le secteur municipal – pour les déplacements des messagers ou dans la gestion des parkings – les applications devraient également être nombreuses.

Nous pourrions poursuivre cette liste d’idées à volonté. Bien entendu, les amis potentiels des véhicules Ami dans le parc automobile doivent s’assurer de fournir une infrastructure de recharge suffisante. Comme la voiture ne dispose actuellement que d’une prise standard (pensez à la prise Schuco) – cachée dans la portière du passager – elle n’a pas besoin de beaucoup. De simples prises externes suffiraient étant donné la puissance gérable de 1,8 kW. Un adaptateur pour les stations de recharge de type 2 et les boîtiers muraux est à venir mais semble superflu. Il faut trois heures pour recharger complètement le petit bloc d’énergie, d’une manière ou d’une autre.

Articles similaires

Bien sûr, l’Ami offre peu de luxe. Les sièges sont durs, le chauffage du pare-brise est bruyant – et le refroidissement est totalement absent. C’est pourquoi vous devriez probablement faire des essais de conduite en hiver et en été d’abord. Mais pour les villes qui osent moins de voitures, Citroën a la réponse. Avec 7,2 mètres, le rayon de braquage est extrêmement réduit et c’est une source de joie dans la circulation urbaine dense. Et, l’Ami est un petit bonbon pour les yeux – cela fait un certain temps que nous n’avons pas eu autant de regards curieux et de coups de pouce souriants à Berlin Mitte.

Seule la limite de 45 km/h liée à l’homologation (l’Ami roule en classe européenne L6e) est peut-être un peu trop lente pour la circulation sur les grands axes de Berlin. Entre le SUV et le camion, on se sentait parfois un peu perdu. Mais enfin, la recherche d’une place de parking, qui se transforme généralement en parking trouvé avec ce petit ami, compense. Tout comme le sourire des piétons au prochain feu de circulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.